Première mise en forme de parterre au printemps 2001. C’est le début de l’histoire de nos parterres, car jusque là nous n’avions planté que des arbres et des conifères isolés.

La zone est positionnée plein sud par rapport à la maison, et l’idée de base est de réaliser une zone qui deviendra à terme un beau mur végétal permanent.
L’histoire veut que ce parterre n’était pas prévu lors du plan d’aménagement de la maison, la construction étant centrée sur le terrain. Un refus urbanistique nous a imposé de décentrer le bâtiment, créant cette grande bande de terrain sur la gauche de la maison.
En effet le plan initial de la maison prévoyait le positionnement de la maison au centre du terrain de 39 mètres de large pour permettre l’accès des garages par le côté de la maison, et tout simplement occuper au mieux la largeur disponible. Mais voilà, l’urbanisme nous a refusé cette position, nous imposant de nous mettre à 3 mètres de la limite latérale droite et nous forçant à adapter nos plans pour prévoir un accès aux garages en façade avant. Le prétexte de ce refus était la présence d’une bande de terrain agricole de 13 mètres de large sur le côté gauche de notre terrain, non bâtissable et dont on nous imposait de nous éloigner…
Je préciserai juste que cette bande de 13 mètres fait partie de notre terrain global, il ne s’agit pas d’un terrain voisin, mais soit, je ne comprendrai jamais ce refus.
Passé la déception de cette contrariété, nous avons vite saisi l’opportunité: voilà une grande bande de terrain à aménager en plein sud, la place toute trouvée pour un premier aménagement.

La zone concernée fait tout de même huit bons mètres de large du côté de la route et une grosse quinzaine de profondeur, elle a été dégagée lors de la remise à plat des terres en fin de terrassement.
Une bonne couche de terre a été remise sur le terrain naturel et des zones de stockage des matériaux de construction.
Une bande de 4 à 5 mètres de large restera libre pour créer un accès vers l’arrière de la maison, entre la construction et ce parterre.

L’ensemble ne doit pas être trop haut pour laisser la maison inondée de soleil, mais je reste bien avec l’idée d’avoir un “mur végétal” permanent.
Depuis toujours j’apprécie les conifères, et c’est tout naturellement que les plantes choisies sont intégralement des persistantes, de la famille des Pinacées.
En faisant le tour des pépinières, nous trouverons un choix varié qui nous confortera dans notre idée: les possibilités ne manquent pas.

La famille des Pinaceae regroupe les genres tels que Abies (les Sapins), Cedrus (les Cèdres), Picea (les Epiceas), Pinus (les Pins) mais aussi Larix (les Mélèzes).
Ce n’est pas ici une liste exhaustive de cette famille de plantes, mais je m’attarde un peu sur son contenu car les Pinaceae vont prendre une part importante dans la composition des espaces de notre jardin.

Nous démarrerons donc par un mélange de différentes espèces de ces genres de plantes, en les groupant par petits ensembles de 3 à 5 plants. Plus de 40 plants trouveront place pour cette première plantation de la “zone 1” ou “parterre 1” comme je l’appellerai.
L’ensemble de la surface sera couvert de 10 cm de copeaux de pin dès la plantation, tout est en place pour tenir le coup quelques années sans trop d’entretien.

Au fil des ans, il y aura des extensions vers la route, il y aura de beaux succès mais aussi quelques échecs, il faut l’avouer, d’autres articles aborderont cela.

En attendant, un petit coup d’œil 17 ans plus tard ci-dessous montre bien que pas mal de chemin a été parcouru:

Laisser un commentaire